Actualités

Vous pouvez également visiter le "photo-blog" de mon année en Espagne...

11/10/12 : Une randonnée dans l'Atlas dans Voyages

11/10/2012 :
A Moroccan Journey - Première partie dans Vidéos

19/12/2011 :
Islande, cinquième partie dans Voyages

17/12/2011 :
Fin de journée, dans le Blog



Le pont des Catalans

Le pont des Catalans


Une soirée comme les autres, mais qui se veut exceptionnelle. Picoler, fumer et rigoler. Barmans bourrés qui montent sur le bar, difficilement, dansent un peu et ouvrent une bouteille de champagne. Douche assurée pour tous les clients. Musique forte, enceintes qui grésillent : des gens dansent. Un pervers dans un coin, le regard vitreux à travers ses lunettes : il se fond dans le paysage. Il est là pourtant, et observe les filles attifées comme une fin de vie. Vêtements sobres et noirs : en un mot, tristes. Et ça fête la nouvelle année qui commence. Ainsi que celle qui se termine, qui finit d'ailleurs comme elle a débuté. De l'alcool, de la musique, des gens et du désespoir. Une soirée comme les autres en somme.

Bouteilles dans le sac, alcool à foison, cris gutturaux ou cristallins.

Musiques festives, tout un chacun dans un état second, comme si tous voulaient s'absenter pour l'année qui commence. Une fête, une commémoration ? Une célébration ou une noyade dans l'oubli ?
Discussions inutiles entre inconnus, numéros qui s'échangent. Ils seront sans souvenirs du faciès qui va avec. Juste 10 chiffres en plus dans un répertoire de numéros superflus. 
Regards qui se croisent et langues qui se délient. Discussions éphémères qui se finissent quand la monnaie tinte sur le comptoir.

Bouteilles qui se frappent entre inconnus. On se souhaite une bonne année, sans y penser. Mélange de liquide, mélange de poison en guise de confiance en l'autre. Récitals de communistes-léninistes-trotskystes-anti-bakouninistes et pro-activistes. Sans rien tenter de plus que d'ouvrir la bouche et de déblatérer des théories dix fois plus vieilles qu'eux. 

Et d'autres se gèlent le cul et se gèleront le cul encore un moment la nuit, à dormir sous le pont les Catalans.

Fourni par Blogger.