Actualités

Vous pouvez également visiter le "photo-blog" de mon année en Espagne...

11/10/12 : Une randonnée dans l'Atlas dans Voyages

11/10/2012 :
A Moroccan Journey - Première partie dans Vidéos

19/12/2011 :
Islande, cinquième partie dans Voyages

17/12/2011 :
Fin de journée, dans le Blog



Vis ces râlements

Vis ces râlements


Surfe l'asphalte, trace l'eau, traverse l'air ; mais surtout, ne t'arrête pas de bouger. Continue de t'agiter, de gîter de gauche à droite, de te précipiter vers l'après. Prend ta voiture, ton bus, ton train, ton avion ou tes pieds, qu'importe, tu n'es qu'à un jet du monde entier. Va t'en à l'autre bout de la planète, pour rencontrer des civilisations pour toi secrètes, mais n'essaye même pas de t'acoquiner avec tes voisins. Ne confie ta confiance à quidam. Habille toi de manière sombre et lugubre, dans ton costume, ton smoking, ton tailleur ou ton trois pièces. Chemise blanche repassée, cravate repassée, veste et pantalon repassés, quant au sourire, c'est dépassé. Hante ton trajet quotidien d'un pas pressé.

Je te l'ai dit, il ne faut pas arrêter de se mouvoir. Si tu n'as rien à faire, erre. Dans une galerie marchande, un centre commercial, dans un magasin ; mais systématiquement dans la sphère. Les gens n'y sont que des ires, tes possibles en devenir. N'essaye pas de leur parler, il n'y aura aucun mot restitué. Ce ne sont que des automates, qui, du tac au tac, dépensent leur misère et se rembarquent à leur baraque. Je sais que tu ne t'en fais guère, c'est à peine si tu les remarque, absorbé dans la contemplation de toutes ces arnaques. Tels des insectes, attirés par les kilowatts d'éclairage et par l'incessant tapage, ils s'enferment avec joie dans ces nanos-mondes chronophages. Ils s'exaltent de plaisirs factices, et ce qui les pousse dans cette abysse s'appelle le vice.

Quelques moments perdus ; ton heure est venue et elle repart avec toi. Vis ces râlements viscéralement et vois comme la vie s'envole à tout va. Jamais de seconde chance à ce je, la fortune ne jouant aucun rôle dans ce jeu.
Méfie toi, les ficelles sont difficiles à défaire, et les manier sans faire fi de la fange ici est presque impossible : un défi.

Fourni par Blogger.